Submitted by Sosikeni Lesa on Tue, 03/22/2022 - 12:55
The Director General of SPREP Mr Kosi Latu
March 22, 2022 by Sosikeni Lesa
Les-nouvelles-du-proe-en-francais

20 March 2022, Noumea - Le Secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement (PROE), l'Agence française de développement (AFD) et le Fonds français pour l'environnement mondial (FFEM) ont signé une convention de financement pour le projet d’adaptation au changement climatique fondée sur les écosystèmes dans les îles du Pacifique (Pacific Ecosystem-based Adaptation to Climate Change Plus)  PEBACC+, le deuxième grand projet régional à être signé dans le cadre de l'Initiative Kiwa.

Le directeur général du Programme Régional Océanien de l’Environnement (PROE), M. Kosi Latu, et le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Rémy RIOUX, représentant également le FFEM, ont signé la convention lors d’une cérémonie organisée par l’AFD à Nouméa le 11 Mars 2022. La signature a eu lieu en présence des bailleurs de l’Initiative Kiwa : l’Ambassadeur de l'Union européenne pour le Pacifique, M. Sujiro SEAM, du consul général d’Australie par intérim, Dr Steven BARRACLOUGH, de la consule générale de Nouvelle-Zélande, Felicity ROXBURGH, et d’autres représentants officiels en visioconférence.

La première phase de PEBACC de 2015 à 2020, financé par l’Initiative internationale sur le climat (IKI) du gouvernement allemand, a appliqué une méthode d’analyse des menaces climatiques et non climatiques, avec une approche innovante impliquant notamment l’analyse des services écosystémiques et leur résilience ainsi que la participation des communautés locales pour identifier les options d’adaptation les plus propices et robustes face au changement climatique. Cette méthodologie permet ainsi d’élaborer des plans directeurs complets à destination des décideurs et gestionnaires. Cette première phase a été menée sur plusieurs sites pilotes à Fidji, aux îles Salomon et au Vanuatu.

Grâce aux nouveaux financements de 4 millions d’euros apportés par l’Initiative Kiwa et de 1,8 millions d’euros du FFEM, ce projet sera poursuivi et élargi à de nouveaux territoires, la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna. PEBACC + va permettre de pérenniser les activités existantes, les diversifier, et intégrer l’adaptation fondée sur les écosystèmes dans les politiques publiques afin d’en assurer sa durabilité.

Le Directeur Général M. Latu a remercié l'Initiative Kiwa, l'AFD et le FFEM, assurant que le SPREP s'engage à mettre en œuvre le PEBACC+ et à impliquer les pays membres et les partenaires dans sa mise en œuvre effective.

« PEBACC+ est un projet très important pour renforcer, diversifier, élargir et pérenniser l'EbA dans les pays du Pacifique. Je suis enthousiaste à l'idée de poursuivre le travail d'identification des menaces climatiques et non climatiques qui pèsent sur la résilience des écosystèmes et des êtres humains et sur les services écosystémiques, aux niveaux national, provincial et local, a déclaré M. Latu. Je suis également heureux de constater qu'une partie du projet permettra d'établir des modèles robustes qui pourront être reproduits dans d'autres pays et territoires du Pacifique. »

M. Rioux a souligné que l’AFD et le FFEM sont ravis d’apporter leur soutien à PEBACC + :« Il y a urgence à s’adapter aux impacts du changement climatique au niveau mondial, et plus particulièrement en Océanie. Le Pacifique est un trésor avec des écosystèmes terrestres et marins absolument uniques qu’il faut préserver et gérer de façon durable, a-t-il rappelé. L’accompagnement par l’Initiative Kiwa et le FFEM permettra au projet PEBACC+ de poursuivre ses actions en faveur de la préservation et de la gestion des écosystèmes pour favoriser l’adaptation au changement climatique à Fidji, aux Iles Salomon, au Vanuatu, mais également d’intégrer la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna. »

Les Etats et Territoires Insulaires du Pacifique, du fait de leur isolement, leur étroite dépendance aux ressources naturelles et leur exposition accrue à diverses menaces climatiques et non climatiques sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Les défis sont nombreux : préservation de la biodiversité dont les mangroves, des ressources de la mer grâce à une pêche durable, préservation de la ressource en eau grâce à une bonne santé des bassins versants, développement d’un tourisme durable ou encore lutte contre les espèces envahissantes.

A propos de l’Initiative Kiwa - L’Initiative Kiwa – Des Solutions Fondées sur la Nature (SFN) pour la résilience climatique vise à renforcer la résilience au changement climatique des écosystèmes, des communautés et des économies des îles du Pacifique grâce aux SFN en protégeant, en gérant durablement et en restaurant la biodiversité. Elle est fondée sur un accès simplifié aux financements des actions d’adaptation au changement climatique et de conservation de la biodiversité pour les autorités locales, nationales, la société civile et les organisations régionales des Etats et territoires insulaires du Pacifique. L’Initiative est financée par l’Union européenne, l’Agence Française de Développement (AFD), Affaires mondiales Canada (GAC), le Département des affaires étrangères et du commerce de l’Australie (DFAT) et le Ministère des affaires étrangères et du commerce de la Nouvelle-Zélande (MFAT). Elle a établi des partenariats avec la Communauté du Pacifique (CPS), le Programme Régional Océanien de l’Environnement (PROE) et le bureau régional pour l’Océanie de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Pour plus d’informations : www.kiwainitiative.org

A propos du PROE – Le Programme Régional Océanien de l’Environnement (PROE) est la principale organisation intergouvernementale mandatée pour promouvoir la coopération dans la région Pacifique, apporter son aide à la protection et à l'amélioration de son environnement, en assurer et pérenniser le développement durable pour les générations actuelles et futures. Pour plus d’informations : www.sprep.org

A propos du FFEM – Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) soutient des projets innovants en faveur de l’environnement dans les pays en développement. Créé en 1994 par le gouvernement français à la suite du premier Sommet de la Terre, il a déjà permis de soutenir 350 projets dans plus de 120 pays, dont les deux tiers en Afrique.

Les projets qu’il finance contribuent à préserver la biodiversité, le climat, les eaux internationales, les terres et la couche d'ozone et luttent contre les pollutions chimiques. La particularité du FFEM : miser sur des projets pilotes pour en tirer les enseignements et diffuser leurs innovations à plus grande échelle. Pour plus d’informations : www.ffem.fr