Submitted by nanettew on Tue, 12/07/2021 - 10:39
Wallis et Futuna
December 7, 2021 by nanettew
Island and Ocean Ecosystems
Les-nouvelles-du-proe-en-francais

Le travail accompli par le Service de l'environnement de Wallis-et-Futuna pour lutter contre les espèces envahissantes , leur a valu le prix 2021 de "Battler de l'année" du Pacifique.

Cette distinction, qui jusqu'à présent a été remportée par un individu depuis sa création en 2017, récompense les praticiens de terrain en matière d'espèces envahissantes du Pacifique qui ont travaillé et obtenu un résultat exceptionnel pour la biodiversité.

L’équipe de Wallis et Futuna incarne cela et bien plus encore. Ils ont mené avec succès des opérations de dératisation sur quatre îlots ; ils ont retiré 30 plantes d’agave américaine de grande taille et plus de 1 500 semis, et ont enlevé plus de 1 000 m2 de liane du diable. Ces travaux ont été menés dans le cadre du projet PROTEGE financé par l'Union européenne.

Le gagnant a été annoncé lors d'un séminaire en ligne organisé par l'équipe chargée des espèces envahissantes du Programme des écosystèmes insulaires et océaniques du PROE, au cours duquel M. David Moverley, chef d’équipe espèces envahissantes, a félicité les gagnants. Il a reconnu les défis posés par COVID-19, ce qui signifie que le soutien à l'équipe de Wallis et Futuna sur le terrain était très limité. Cependant, la planification méticuleuse de l'opération - y compris les consultations communautaires - a permis d'en faire un immense succès.

"Nous tenons à adresser nos sincères félicitations aux lauréats du prix du Battler de l'année de cette année. Je pense qu'il est tout à fait remarquable que l'équipe de Wallis-et-Futuna se soit réunie pour mener des travaux sur le terrain, avec un soutien à distance, et qu'elle ait réussi à relever les différents défis posés par les restrictions du COVID", a déclaré M. Moverley.

"Tout cela n'a été possible que grâce à la formation et au renforcement des capacités à laquelle certains membres de l'équipe du Service de l'environnement (STE) avaient participé par le passé. Ils ont pu partager leurs connaissances avec le reste de l'équipe, suivre la formation dispensée à distance par le PRISMSS, et partager efficacement les informations à l'étranger pour faciliter la mise en œuvre sur le terrain. Nous sommes extrêmement fiers d'eux".

Le webinaire "Rats, récifs et résilience" a été bien suivi par les participants du Pacifique et du monde entier. Le directeur général adjoint par intérim de la Politique Stratégique et des Programmes Techniques et le Directeur du programme écosystèmes insulaires et océaniques, Stuart Chape, a rappelé que la première ligne de défense pour s'adapter au changement climatique est notre biodiversité unique du Pacifique.

"Les communautés insulaires du Pacifique dépendent fortement d'écosystèmes résilients pour s'adapter au changement climatique, car ils assurent le développement actuel et futur. Les espèces envahissantes sont l'une des principales causes de la perte de biodiversité et le principal facteur d'extinction des espèces sur les îles ; elles constituent une menace mondiale pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. Une grande partie du Pacifique est fortement touchée par les facteurs de stress que sont les mammifères prédateurs envahissants introduits, tels que les rongeurs, et les plantes envahissantes qui transforment les écosystèmes, augmentent la vulnérabilité des espèces et diminuent la capacité de l'écosystème à s'adapter au changement", a déclaré M. Chape.

Le webinaire interactif a mis l'accent sur les travaux réalisés par l'équipe primée de Wallis-et-Futuna. Dans la section "Creature Feature" du programme, la réunion s'est concentrée sur l'impact dévastateur des rats sur l'environnement.

"Les espèces envahissantes réduisent la résilience des habitats naturels, des systèmes agricoles et des zones urbaines face au changement climatique, alors que dans le même temps, le changement climatique réduit la résilience des habitats aux invasions biologiques", a déclaré M. Chape. "Les îles du Pacifique relient intimement la terre et la mer. Les rats, les chats et d'autres espèces invasives détruisent rapidement ces liens, notamment par la prédation des semences forestières indigènes, les oiseaux forestiers, les oiseaux de mer et d'autres composants vitaux des écosystèmes".

"Les espèces sont les éléments constitutifs de la biodiversité, des écosystèmes et de leurs services. Les espèces invasives ont été la première cause d'extinctions mondiales au cours des cinq derniers siècles. Les espèces insulaires sont particulièrement vulnérables. Une gestion efficace des espèces envahissantes est essentielle pour protéger les systèmes terrestres et marins, en soutenant leur fonction et en augmentant la résilience de leur communauté face au changement."

Le webinaire a également marqué le début d'une stratégie régionale d'intégration des espèces envahissantes, qui sera mise en œuvre au cours des prochaines années. La stratégie et le webinaire ont été financés par le ministère néo-zélandais des affaires étrangères et du commerce dans le cadre du projet "Managing Invasive Species for Climate Change Adaptation in the Pacific".

LE PRIX DU BATTLER DE L'ANNÉE

Le prix Battler of the Year a été lancé en 2017. Mme Lisa Fanua de Tonga a été la première lauréate du prix, pour son travail de gestion des rats à Mt Talau. En 2018, le prix Battler of the Year a été décerné à M. Tavita Togia des Samoa américaines, et en 2019, M. Francis Liyeg des États fédérés de Micronésie a été désigné Battler of the Year. En 2020, le prix a été remporté par M. Huggard Tongatule, de Niue.